Douze films japonais à voir gratuitement en STREAMING

12 films japonais à voir gratuitement en STREAMING – JFF+ INDEPENDENT CINEMA 2023

Voulez-vous voir des films japonais récents, inédits en France ? 

Grace au festival FF+ INDEPENDENT CINEMA 2023, c’est possible. Leur site internet propose un service en streaming gratuitement. Il faut juste s’inscrire sur ce site. Et 3 clics après, on peut commencer à voir le film de son choix.

Avec le slogan « Bringing Japanese Film to You », il le porte parfaitement car il est inespéré de voir ces films en France aujourd’hui, pour certains, si proche de leur sortie au cinéma. Ces 12 films (déjà sortis au Japon) ont été sélectionnés par des gérants de cinéma indépendants pour nous faire découvrir des films et documentaires japonais autrement.

Je suis content d’avoir découvert ce bon plan. Même si je préfère les voir au cinéma, j’adore ce genre d’évènement qui pense d’abord au public et qui met en avant des films inconnus en France. La seule difficulté, c’est que les sous titres ne sont pas disponibles en français.

Ha oui, j’oubliais, le festival a lieu du 1er aout au 1er octobre 2023. Et voici le lien pour accéder aux films : https://jff.jpf.go.jp/watch/ic2023/

Bon film(s) japonais 🙂

Je retourne voir la suite du film a girl in my room !

DES FILMS SELECTIONNES PAR DES GERANTS DE CINEMAS INDEPENDANTS JAPONAIS

Cet évènement unique braque les projecteurs sur les cinémas indépendants. Dénommés « mini-theaters», il regroupe 12 films japonais sélectionnés par des gérants des cinémas indépendants « de quartier » à travers tout le Japon.

Ces petites salles de cinéma fonctionnent indépendamment des grandes sociétés cinématographiques. Environ 70 % des 1 292 films sortis au Japon en 2019 avant la pandémie de COVID-19 ont été projetés dans ces salles permettant à de nombreux japonais qui ne vivent pas dans de grandes villes d’aller au cinéma. Ce sont des lieux précieux de découverte, d’évasion, de divertissement, bref d’émotions comme seul le cinéma en procure. 

Sur la page de chaque film, vous pourrez lire le commentaire du gérant de la salle de cinéma qui a sélectionné le film. Pour « Lonely Glory », c’est TAKENAKA Shoko la gérante du cinéma Cinekoya à Kanagawa. Un cinéma plein de charme dont je vous laisse découvrir la petite vidéo de présentation.

PRESENTATION DE LA PROGRAMMATION : 12 FILMS JAPONAIS EN LIBRE ACCES

1)LONELY GLORY (2022)

Un drame humain qui invite à la réflexion sur l’essence de la « famille ».
À son entrée à l’université, Haruka quitte sa ville natale et continue d’exceller dans une entreprise à risque. Cependant, sa volonté d’utiliser tous les moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs devient sa chute car elle est forcée de démissionner en raison d’accusations de harcèlement. Aux prises avec des difficultés financières après avoir tenté de créer sa propre entreprise, Haruko rentre chez elle après le décès de sa mère et propose de vendre la boutique familiale. Sa sœur montre peu d’intérêt, tandis que ses frères s’opposent avec véhémence à l’idée. Haruka propose un plan pour rendre les membres de sa famille autonomes. Loué pour sa touche comique et son scénario non intrusif, le film brille par les performances remarquables des acteurs.

Leurs efforts de collaboration avec la communauté locale s’alignent bien avec la mission de la gérante du cinéma Cinekoya situé à Kanagawa. Outre la valeur de divertissement d’un drame familial, le film présente également un aspect intrigant de critique indirecte de l’économie japonaise à travers le prisme des « boutiques » locales. Elle nous invite à nous interroger sur l’importance des « commerces » de proximité dans nos villes.

2)A Girl in My Room (2022)

Une comédie romantique fantastique qui met en valeur le charme de la ville d’Onomichi. La ville dont je parle dans ma vidéo youtube sur le film voyage à Tokyo de Ozu, la ville dont est originaire la famille Hirayama.
Une comédie romantique fantastique basée sur la bande dessinée populaire du mangaka YAMAMOTO Chugaku, soutenue par la jeune génération. L’histoire suit Yohei, un jeune homme au cœur brisé qui se fait larguer par sa petite amie. Soudain, une fille fantôme apparaît dans la chambre de Yohei. N’ayant jamais connu l’amour de son vivant, elle s’intéresse aux relations amoureuses entre hommes et femmes.

Elle bombarde Yohei de questions tous les jours, l’agaçant d’abord, et il essaie de trouver un moyen de l’exorciser. Cependant, à mesure qu’il passe plus de temps avec elle, il commence à se sentir à l’aise avec elle, réalisant qu’elle est comme une fille humaine normale. Le film est un lieu entièrement dédié à Onomichi, et Cinema Onomichi, qui apparaît également dans le film, le recommande vivement, louant le magnifique paysage d’Onomichi. Ils félicitent la réalisation et la cinématographie du film pour avoir mis en valeur les charmes cachés de la ville que même les habitants n’auraient peut-être pas remarqués, ce qui en fait un excellent travail.

3)Bachiranun (2021)

Un film de docu-fiction qui enivre les téléspectateurs avec la beauté vibrante de la vie de l’île de Yonaguni.
« Bachiranun » est un mot de l’île de Yonaguni, le point le plus à l’ouest du Japon, dans la préfecture d’Okinawa, qui signifie « n’oublie jamais ». Le film, réalisé par HIGASHIMORI Aika, originaire de l’île de Yonaguni et vedette du film, explore l’urgence de préserver la langue et la culture en voie de disparition de l’île avant qu’elles ne soient oubliées.

Le film a reçu le Grand Prix aux 43e Pia Film Festival (PFF) Awards, attirant une attention particulière pour son utilisation de la langue Yonaguni tout au long du récit. Le documentaire tisse ensemble la vie quotidienne, les fêtes, la culture et les paysages de l’île avec un monde fantastique inspiré par les fleurs, les fruits, les os et les rituels. La réalisatrice mêle ses propres expériences aux souvenirs et à la culture de l’île, plongeant dans la vie des gens qui y ont vécu. Brouillant les frontières entre fiction et documentaire, le film devient un récit captivant et captivant sur l’île et ses habitants, dépassant les limites de la narration traditionnelle.

4)Hey! Our dear Don-chan (2022)

Un film indépendant miracle capturant la croissance d’un bébé sur une période de 3 ans.
Le film tourne autour de trois acteurs en difficulté Michio, Gunji et Enoken, qui partagent une maison ensemble. Un jour, ils trouvent une petite fille avec une lettre de l’ex-petite amie de Michio. Ils nomment l’enfant « Don-chan » et se lancent dans l’aventure de l’élever, malgré leur confusion initiale. Réalisé par OKITA Shuichi, connu pour des films tels que « A Story of Yonosuke » et « The Fish Tale », le film est un projet autoproduit mettant en vedette OKITA et ses amis acteurs, documentant la vie de sa propre fille de 6 mois à 3 ans. et demi. Tourné entièrement avec une caméra portative, le film capture les moments réconfortants de la croissance de Don-chan et les défis auxquels sont confrontés les trois hommes pour la nourrir. Le film a également été tourné dans la ville d’Ueda, préfecture de Nagano, où Ueda Eigeki, un théâtre local, recommande le film. La croissance de Don-chan est complétée par les paysages pittoresques de Bessho Onsen et Sugadaira Kogen. Le monde réconfortant d’OKITA Shuichi, où le drame et la réalité coexistent dans une harmonie mystérieuse, se déroule tout au long du D’un bébé qui pleure, Don-chan grandit jusqu’à un point où elle peut dire ses répliques, et la surveillance affectueuse de tout le monde sur elle apporte chaleur et réconfort aux téléspectateurs.

5)TENZO (2019)

Un film qui plonge dans l’exploration de la foi après « 11/03 », incorporant un mélange d’éléments documentaires et de fiction.
Ce film explore l’importance et l’existence du bouddhisme et de la foi après le grand tremblement de terre du « 11/03 » dans l’est du Japon, centré sur les « Instructions pour le cuisinier » de Dogen Zenji. L’histoire suit deux disciples, Ryugyo et Chiken, qui ont terminé leur formation au temple principal. Il y a 10 ans et sont retournés dans leurs temples respectifs. Chiken vit avec sa famille à Yamanashi et reste activement engagé dans diverses activités, telles que la fourniture de services de conseil de vie, l’enseignement de Shojin Ryori (cuisine végétarienne bouddhiste) et la conduite de séances de Yoga Zazen. part, Ryugyo a tout perdu, y compris son temple, sa famille et ses partisans, dans le tsunami de Fukushima. En tant que travailleur de l’enlèvement des débris vivant dans un logement temporaire, il ne peut pas renoncer à reconstruire la salle principale. Théâtre Jig, un promoteur de films qu’ils ont fortement recommande, décrit le film comme « sans précédent dans sa simplicité lorsqu’il s’agit de contempler la foi ». Il possède une force puissante qui brouille les frontières entre fiction et documentaire ».

6)An Artisan’s Legacy, Tsunekazu Nishioka (2012)

Un documentaire tissé avec les mots du dernier miyadaiku et des récits de personnes ayant des liens profonds, racontant l’histoire de sa vie et de son travail.
Les miyadaiku sont des charpentiers qualifiés impliqués dans la construction et la restauration de sanctuaires et de temples. Leur travail englobe des sites du patrimoine mondial, des trésors nationaux et des bâtiments d’importance culturelle, nécessitant un large éventail de connaissances dans des domaines tels que l’architecture, les études religieuses et l’histoire, ainsi qu’une expertise technique avancée.

Le documentaire est décrit comme tissant ensemble les mots de NISHIOKA Tsunekazu, tels que « Mille ans de vie existe dans un arbre millénaire » et « Le bois surpasse le fer », ainsi que des entretiens avec des personnes qui lui sont liées. Le film est fortement recommandé par le lieu d’importance architecturale, Fukaya Cinema, qui opère dans une brasserie de saké rénovée de l’époque d’Edo. NISHIOKA Tsunekazu, connu comme le « dernier maître charpentier », a contribué à la reconstruction de la pagode à trois niveaux de Horinji et du Kondo et de la pagode ouest de Yakushiji, transmettant aux générations futures les techniques d’architecture des temples anciens de la période Asuka. Le poids de ses mots est porteur de sens profond. Le passage du temps, s’étendant sur des milliers d’années dans le futur, émerge des images d’archives et des interviews, créant une représentation impressionnante d’un immense flux de temps.

7)HANAGATAMI (2017)

Un film d’OBAYASHI entièrement tourné à Karatsu, dépeignant le mode de vie poétique des jeunes.
Le réalisateur OBAYASHI Nobuhiko a adapté la nouvelle du même nom de DAN Kazuo.

Printemps 1941, le film dépeint la vie de Toshihiko, 17 ans, qui cherche refuge chez sa tante à Karatsu, préfecture de Saga. Il passe ses journées avec ses camarades de classe, Ukai, Kira et Aso, partant à l’aventure et testant leur courage. Tout en nourrissant des sentiments pour sa cousine Mina, qui souffre d’une maladie pulmonaire, il embrasse également les moments exaltants de la jeunesse avec ses amies Akine et Chitose. Leur vie quotidienne est bientôt engloutie dans le tourbillon de la guerre. Ce film est imprégné du charme de la culture japonaise de l’ère Taisho à l’ère Showa et met en valeur l’attrait de la ville de Karatsu comme lieu de tournage. Ce film est recommandé par THEATRE ENYA, qui est exploité par l’organisation à but non lucratif KFP. Ils ont été impliqués dans la production depuis le début et continuent de maintenir l’héritage de ce film en organisant des projections régulières à Karatsu.

8)A Muse Never Drowns (2022)

Un film sur le passage à l’âge adulte qui dépeint la diversité des modes de vie à travers le scrap-and-build.
Un membre du club d’art du lycée appelé Sakuko tombe à la mer en dessinant un bateau. Témoin de l’incident, Saibara crée une peinture intitulée « Drowning Sakuko » et remporte un prix lors d’un concours, conduisant la peinture à être exposée à l’école. De plus, Saibara se permet d’annoncer qu’elle peindra Sakuko pour sa prochaine pièce lors d’une interview dans un journal. Frustrée par la situation, Sakuko abandonne sa voie artistique et tente de créer une nouvelle œuvre avec le motif d’un « bateau » dans sa maison, dont la démolition est prévue. Le cinéma autodidacte Motomachi Movie Theater prend note de l’expression de la diversité des choix de vie à travers le « scrap-and-build ». Ils recommandent le film, déclarant que les personnages au milieu de leur jeunesse confrontent leurs identités et tentent de se réconcilier avec les autres, apparemment de manière modeste mais prenant potentiellement des mesures importantes pour changer la société.

9)Follow the Light (2021)

La « lumière » brille sur les visages des garçons et des filles dont le cœur balance dans leur ville natale désolée.
Akira est un lycéen de deuxième année qui a déménagé à Akita, la ville natale de son père, en raison du divorce de ses parents. Luttant pour s’adapter à sa nouvelle école, il est rempli de dépression et de ressentiment. Un jour, il est témoin d’une lumière verte flottant dans le ciel. En suivant la lumière, il arrive à un mystérieux agroglyphe dans une rizière, où il retrouve son camarade de classe Maki, absent de l’école. Alors qu’ils partagent un secret, les deux se rapprochent rapidement. Cependant, en même temps, leur école fait face à la fermeture imminente en raison du dépeuplement. Cinema de Aeru, situé dans la préfecture voisine d’Iwate, loue ce film pour avoir audacieusement dépeint le contraste entre la beauté et le déclin des zones rurales du Tohoku. Ils le décrivent comme une expression d’affection pour sa ville natale de la part du réalisateur, qui est originaire d’Akita et espère un avenir même dans des régions proches de leurs « limites ». Ils invitent les téléspectateurs à profiter du paysage pittoresque de la belle campagne et des nouvelles performances des jeunes garçons et filles.

10)BON-UTA, A Song from Home (2019)

Une histoire de connexion entre Fukushima et Hawaï à travers les arts de la scène traditionnels.
En 2015, quatre ans après le grand tremblement de terre de l’est du Japon, les habitants de la ville de Futaba dans la préfecture de Fukushima, contraints de continuer à vivre dispersés dans des destinations d’évacuation, s’inquiètent de la préservation de leur « Bon Uta » traditionnel. Cependant, pendant cette période difficile, ils découvrent que la tradition du Bon Odori (danse Bon) a été héritée par des personnes qui avaient immigré à Hawaï depuis Fukushima il y a plus de 100 ans. Les habitants de Futaba se sont rendus à Maui, à Hawaï, pour jouer Bon Uta. Le documentaire suit leur parcours alors qu’ils travaillent courageusement pour préserver leur patrimoine culturel et le transmettre aux générations futures, tout en gardant l’espoir de perpétuer leur tradition. Au fur et à mesure que l’histoire se déroule, le « Bon Uta » devient non seulement un moyen pour les habitants de Futaba de partager leur héritage, mais il dévoile également les racines de ceux qui vivent loin de leur patrie. Réalisé par NAKAE Yuji, qui dirige également le théâtre Sakurazaka, le film capture de manière vibrante la richesse des arts du spectacle traditionnels de Futaba Town, la musique de la danse Bon d’Hawaï et leurs origines.

11)Techno Brothers (2023)

Un must pour les amateurs de techno ! Un road movie se déroule alors que de mystérieux musiciens occupent le devant de la scène.
Dans la plaine désolée du Kanto, le son tonitruant de la musique techno résonne. Les interprètes sont le mystérieux trio connu sous le nom de « Techno Brothers ». Un jour, avec le manager au cœur froid, Himuro, ils se lancent dans un voyage à Tokyo pour présenter leur musique à une maison de disques. Cependant, ils se retrouvent incapables de quitter leur ville natale d’Otawara. Ce film de comédie musicale marque le 10e anniversaire du collectif de cinéastes « FOOLISH PIGGIES FILMS », dirigé par le réalisateur WATANABE Hirobumi et son frère, le compositeur de films WATANABE Yuji, basé à Otawara, préfecture de Tochigi, située au nord de Tokyo. Il s’agit de leur premier long métrage en couleur, et il a été présenté en première mondiale au 25e Festival du film d’Extrême-Orient d’Udine en Italie, le plus grand festival du film asiatique au monde, où il a été acclamé avec enthousiasme.

12)And Your Bird Can Sing (2018)

Un drame jeunesse qui dépeint la ville de Hakodate et la vie de ses jeunes habitants.
Un film dramatique pour la jeunesse, basé sur le roman du même titre de SATO Yasushi, transféré de Tokyo à Hakodate moderne.

L’histoire suit « Me » qui travaille dans une librairie et vit avec Shizuo, qui est actuellement au chômage. Leur collègue Sachiko a eu des relations avec « Me » par un hasard inattendu, commence à leur rendre visite presque tous les soirs, les conduisant tous les trois à passer leurs nuits à boire, à aller dans des clubs et à traîner ensemble. « Me » et Sachiko se comportent comme des amants mais sans se restreindre. CINEMA IRIS a découvert le livre de SATO Yasushi et adapté « Sketches of Kaitan City » dans un film, en a fait leur travail commémoratif du 20e anniversaire. Avec un engagement envers le tournage de tous les Hakodate, les citoyens locaux ont participé en tant que acteurs et figurants, offrant une soupe populaire et fournissant des informations lors des repérages. Ce film est recommandé par CINEMA IRIS à Hakodate (Hokkaido), car il témoigne aux côtés de la ville de Hakodate et de ses habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.