Mon top 5 des films d’Akira Kurosawa

L’univers crée par Akira Kurosawa est immense. En réalisant plus de 30 films en 57 ans de carrière, celui qui a consacré sa vie au cinéma a mis le cinéma japonais dans la lumière. A juste titre, la majorité de ses films sont considérés comme des chefs d’oeuvre intemporels. Il est aussi une source d’inspiration intarissable pour les réalisateurs du monde entier. Vous reconnaissez les deux jeunes barbus sur la photo ?

Établir une hiérarchie a donc été particulièrement difficile tant j’apprécie son travail impressionnant sur chacun de ses films.

C’est donc un classement purement personnel pour vous permettre de découvrir les différentes facettes de ce réalisateur de génie (avec un gros coup de cœur pour le 1er du classement !).

1. “Rashomon”

De quoi parle ce film :

Sous la porte d’un vieux temple en ruines, trois hommes trouvent refuge pour s’abriter de la pluie. Un jeune moine et un vieux bûcheron sont plus terrifiés encore par le procès auquel ils viennent d’assister à un drame. Celui d’un célèbre bandit accusé d’avoir violé une jeune femme et tué son mari, un samouraï. Ils vont obliger le troisième voyageur à écouter leur version du récit qui diffère complètement.

Il est adapté d’une nouvelle de Ryunosuke Akutagawa par Shinobu Hashimoto et Akira Kurosawa. C’est ce film qui révéla Akira Kurosawa en Occident.

Pourquoi faut-il le voir ?

Sa qualité première est son magnifique scénario. Il est tellement original qu’il déstabilise et intrigue le spectateur tout au long du film.

Grâce à la technique du flash-back, Kurosawa bouleverse la structure narrative en racontant plusieurs fois la même histoire, selon des points de vue différents. Je vous assure qu’on se prend facilement au jeu. Même les jours après avoir vu le film, on se pose encore des questions. C’est ce genre de fil que j’apprécie particulièrement qui implique le spectateur, le prenne à témoin et le pousse à se faire une opinion personnelle du film.

L’autre point fort du film, c’est la qualité de l’interprétation. Le casting réunis les meilleurs acteurs nippons de l’époque, dont l’étonnante et perverse Machiko Kyo (Contes de la lune vague après la pluie de Mizoguchi), mais aussi Masayuki Mori (Nuages flottants de Naruse) et l’excellent Toshiro Mifune déjà présent dans le Chien enragé (1949) de Kurosawa. Le film repose sur la performance des acteurs et aucun ne vous décevra.

Incontournable pour tous  passionnés de cinéma, ce film mérite amplement sa place au panthéon du cinéma mondial.

2. “Ran”

De quoi par ce film :

Au XVIe siècle, le seigneur de guerre Hidetora Ichimonji décide de se retirer et de partager son domaine entre ses trois fils. Mais la répartition de cet héritage va provoquer une lutte fratricide.

Pourquoi faut-il le voir ?

Ce film est issu de l’histoire réelle de Motonari Mori, chef de guerre du xvie siècle, légendaire au Japon pour avoir su transmettre sa fougue, son courage, mais aussi sa sagesse à ses descendants. Cette fresque épique bascule à la tragédie shakespearienne et font de ce film une oeuvre singulière et profonde.

Les combats sont des sommets de mise en scène, entre des armées entières aux allures de fin de monde (ran signifie chaos en japonais).

Mais ce n’est pas seulement un film de bataille, l’émotion est au centre de ce film. Cela grâce aux plans du réalisateur et à l’utilisation de la couleur qui, telles des peintures (notamment ceux du ciel et les pentes du mont Fuji) hypnotisent par leur beauté.

Une illustration est la scène marquante de l’assaut mené conjointement par les armées de Taro et Jiro sur le troisième château. Le quasi silence de la séquence y joue pour beaucoup.

Démesuré et ambitieux, résultant d’un travail titanesque nécessitant des années de préparation, il me fait beaucoup penser à Apocalypse now de Coppola.

Si vous êtes passionnées par le Japon médiéval et des batailles de samouraïs, vous tenez votre référence cinématographique. Je vous conseille la version restaurée HD sorti en 2008 disponible pour moins de 10 euros.

3. “Les 7 Samouraïs”

De quoi parle ce film :

Au 16eme siècle, la tranquillité d’un petit village japonais est troublée par les attaques d’une bande de pillards. Les paysans impuissants décident de faire appel à sept samouraïs pour les défendre.

Pourquoi faut-il le voir ?

Oeuvre la plus célèbre de Kurosawa, c’est sans détour un des plus grands films de l’histoire du cinéma japonais, souvent imité mais jamais égalé.

Assez long (plus de 3 heures), on ne voit pourtant pas le temps passer. l’histoire est captivante et monte en puissance jusqu’à un final mémorable.

La plus gosse qualité du film est à mon avis ses personnages. Tous les acteurs sont excellents. On s’attache vite à eux et une sorte de magie opère pour nous donner envie de suivre ce groupe dans leurs aventures épiques.

Les amoureux des films d’action seront comblés par l’intensité des combats.

L’humour est également omniprésent, notamment grâce à l’acteur Toshiro Mifune dont la formidable performance mérite à elle seule de voir ce film.

Même si ce n’est pas mon film préféré de Kurosawa, c’est certainement le plus connu et je le conseille aux personnes qui souhaitent découvrir l’univers de Kurosawa.

4-“Le Château de l’araignée”

De quoi parle ce film :

Après une bataille, les généraux Washizu et Miki traversent une forêt et rencontrent une étrange sorcière qui leur prédit leur avenir. Washizu deviendra seigneur du château de l’araignée et le fils de Miki sera lui aussi amené à prendre le contrôle de ce château. Mise dans la confidence, la femme de Washizu va tout faire pour forcer le destin et pour que la prophétie se réalise au bénéfice de son mari.

Pourquoi faut-il le voir ?

Tout simplement parce que ce film est une adaptation du «Mac beth» de Shakespeare dans le Japon médiéval. Un défi immense.

Dans ce film, ne vous attendez pas a de grandes batailles et de longs combats de samouraïs. Le réalisateur respecte l’origine théâtrale du récit mais en jouant avec les codes de l’art théâtral japonais (le nô).

Et c’est ce qui fait que le film est réussi. Majoritairement tourné en intérieur, jamais le théâtre “nô” n’aura été si bien transposé au cinéma. Les expressions des personnages, les considérations architecturale, tout y est, et s’adapte parfaitement à l’oeuvre originale.

Les nombreux monologues de MacBeth aurait pu rendre le film ennuyeux. Avec le génie de Kurosawa, il n’en est rien. Ils sont remplacés par un choix d’images et de symboles dans lequel le silence et l’emotion parlent autant que les mots.

La mise en scène est ambitieuse (plus d’un an de réalisation, pour lequel on fit même construire un château sur les pentes du Mont Fuji) et la réalisation atteint des sommets (la scène de la forêt mouvante, les scènes dans le brouillard. Je pourrai vous en parler des heures mais il faut le voir pour se rendre compte).

Que vous connaissiez ou non l’oeuvre originale de Shakespeare, cette interprétation de Kurosawa, à la fois forte et poétique, mystérieuse et fantastique mérite amplement le détour.

5- “Barberousse”

De quoi parle ce film :

Etudiant en médecine formé aux méthodes hollandaises et promis à un poste à la cour, le jeune Yasumoto se retrouve dans un dispensaire pour ce qu’il croit être une simple visite. C’est pourtant là qu’il poursuivra sa formation, guidé par Barberousse, un médecin idéaliste luttant contre la misère et l’ignorance.

Pourquoi faut-il le voir ?

Barberousse est un film construit en épisodes où l’on suit l’évolution du jeune homme. Cette transformation est subtilement racontée et admirablement mis en scène.

Avant tout, il faut voir ce film car c’est une oeuvre humaniste, utile à chacun qui nous pousse à réfléchir sur le sens à donner à notre vie.

C’est également un spectacle parfaitement orchestré avec un grand soin apporté aux décor et au travail sur l’image et le mouvement.

Enfin, c’est un film marquant car c’est la dernière collaboration entre Akira Kurosawa et son acteur fétiche Toshirô Mifune.

Mon top 5 des films d’Akira Kurosawa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *