Un évènement à ne pas rater sur le cinéma japonais contemporain

1) Une programmation exceptionnelle en France :

Le dernier volet de « 100 ans de cinéma japonais », la plus grande manifestation organisée en France autour du 7e art nippon, se déroulera du mercredi 6 février au mardi 19 mars 2019 à la Maison de la Culture du Japon et à La Cinémathèque française à Paris. Un occasion unique de découvrir ou de mieux connaître le cinéma japonais actuel. Mais pas seulement. Le cinéma japonais est le reflet de son pays, car il analyse sa société, pleines de nuances et de paradoxes. Si éloigné et différent de la France mais en même temps plein de similitudes, d’un lien presque indicible qu’il convient de mettre en lumière.

37 films réalisés tant par de jeunes cinéastes que par des grands maîtres, offriront au public un reflet du cinéma japonais comtemporain. Pour revoir des classiques ou découvrir des nouveautés, ce 2 ème volet de « 100 ans de cinéma japonais», c’est un évènement cinématographique à ne pas manquer.

Plusieurs acteurs et réalisateurs viendront du Japon pour l’occasion. Un invité de taille sera aussi de la fête puisque la statue Shin Godzilla sera exposée durant le mois de février dans la Maison de la culture du Japon à Paris.

« 100 ans de cinéma japonais » partie 2 se poursuit également du 23 janvier au 25 février à La Cinémathèque française. Découvrez une histoire insolite du cinéma japonais avec plus d’une trentaine de titres rares de l’immense production nippone (du cinéma de studio aux productions indépendantes), de la fin des années 1940 jusqu’aux années 2000, ainsi qu’une table ronde le samedi 9 février à 15h à La Cinémathèque française avec Fabrice Arduini et Mathieu Capel et Jean-François Rauger.

2)Des invités de prestige :

Je trouve super l’idée d’inviter des réalisateurs et des acteurs japonais pour parler de leurs films en France.  Une importante délégation d’invités (par le nombre et surtout par le talent). Zoom sur quelque uns ces géni(e)s qui font et feront le cinéma japonais dans les prochaines années.

– Aoi Miyazaki (actrice)

(mon film préféré :Harmful Insect)

Image associée

J’ai découvert Aoi dans le film d’animation “Les Enfants-Loups Ame et Yuki  de Mamoru Hosoda. C’est elle qui prête sa voix à Hana la mère des deux enfants. J’ai été particulièrement ému par la voix de ce personnage, empreint de beaucoup de sensibilité mais également d’une grande force. On la retrouve dans Le garçon et la bête” (2005) ou elle interprète Kyuta enfant.

Sa carrière d’actrice est n’est pas en reste. Après un premier rôle dans Harmful Insect (2002) de Akihiko Shiota qui lui valu le premier prix d’interprétation au festival des Trois continents de Nantes. Elle apparait dans de nombreux dramas et séries. Elle interprète notamment Nana dans l’adaptation du manga de Ai Yazawa.

– Koji Yakusho (acteur)

(mon film préféré : L’anguille)

Résultat de recherche d'images pour "Koji Yakusho L4ANGUILLE"

C’est un de mes acteurs préféré dans tout l’histoire du cinéma japonais. Je l’ai découvert dans L’Anguille de Shohei Imamura (1997), Palme d’or à Cannes. Depuis, je suis fan de chacun de ses films et c’est lui qui m’a accompagné dans ma découverte du cinéma japonais contemporain. Captivant et énigmatique, il m’a particulièrement bluffé par son interprétation de flic désorienté dans Cure de Kiyoshi Kurosawa (1997) pour lequel il a reçu le prix  d’interprétation masculine au Festival international du Film de Tokyo.

C’est aussi un des (trop) rares acteurs japonais à avoir une expérience et une reconnaissance à l’international. Vous vous souvenez certainement de lui pour le rôle difficile, tout en émotion que lui a offert dans Babel Alejandro González Iñárritu dans Babel en 2006.

– Mamoru Hosoda (réalisateur, animateur, scénariste, producteur)

(mon film préféré : Les Enfants-Loups, Ame et Yuki )

Résultat de recherche d'images pour "Mamoru Hosoda"

Réalisateur d’animation, Mamoru Hosoda rencontre son premier succès en 2000 pour le deuxième opus de la saga, Digimon Adventure – Our War Game !! Avec la création de son studio, il devient le fer de lance d’une nouvelle vague de jeunes réalisateurs qui prend son indépendance. Les Enfants Loups, Ame et Yuki (2012), Le Garçon et la Bête (2015) et Miraï, ma petite soeur (à l’affiche et séléctionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes) confirment l’immense popularité de l’artiste.

– Ryusuke Hamaguchi (réalisateur et scénariste)

(mon film préféré : Senses)

Résultat de recherche d'images pour "Ryusuke Hamaguchi"

Reconnu dès son film de fin d’étude Passion (2008), présenté au festival international du film de Saint- Sébastien, le film Senses (2015) a été récompensé dans de nombreux festivals internationaux comme Locarno ou le Festival des Trois Continents tandis que son premier film commercial Asako 1&2 est sélection- né en competition au Festival de Cannes en 2018.

– Shinji Higuchi (réalisateur, superviseur d’effets spéciaux)

(mon film préféré : Shin Godzilla)Résultat de recherche d'images pour "Shinji Higuchi"

Vétéran des effets spéciaux à l’ancienne et passionné de science-fiction, Shinji Higuchi débute sa carrière dans le cinéma en 1984. Il reçoit le prix spécial au Japan Academy Film Prize pour les effets spéciaux du film Gamera : The Guardian of the Universe en 1995. Son premier film en tant que réalisateur est Lorelei (2005) suivi notamment par SINKING OF JAPAN (2007), ATTACK ON TITAN Part 1 et 2 (2015) et Shin Godzilla (2016). Le réalisateur Shinji Higuchi proposera aux amateurs d’effets spéciaux une séance spéciale à la Maison de la culture du Japon.

– Kazuya Shiraishi (directeur de production, réalisateur)

(mon film préféré :Birds Without Names)

Résultat de recherche d'images pour "Kazuya Shiraishi"

En 2009, Kazuya Shiraishi réalise son premier film Lost Paradise in Tokyo, sélectionné notamment dans les Festivals de Pusan, Dubai ou Rotterdam. The Devil’s Path obtient le prix du meilleur réalisateur et le prix du meilleur film au Japan Academy Film Prize. En 2017, son Birds Without Names est séléctionné au Festival International du Film de Toronto. Il reçoit le prix du meilleur réalisateur au 39e Festival du Film de Yokohama et le prix du meil- leur réalisateur au 60e Blue Ribbon Awards.

3) Les liens pour participer à l’évènement :

https://www.mcjp.fr/fr/agenda/100-ans-de-cinema-japonais_1

http://www.cinematheque.fr/cycle/100-ans-de-cinema-japonais-3eme-partie-494.html

4) Le programme complet :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial