Les films du studio Ghibli disponibles sur Netflix

C’est une énorme nouvelle pour tous les passionnés de films d’animation (et tous ceux qui vont vite le devenir) !

Entre le 1er février et le 1er avril 2020, 21 films du studio Ghibli vont faire leur apparition sur Netflix. Seul, avec BAE, ses amis, ses enfants ou ses parents. Sur son canap, au boulot, dans le métro ou en mode marathon, les possibilités pour voir ces merveilles de l’animation japonaise seront infinies.

Une première mondiale qui permettra à un public plus large de voir ou revoir ces, à la demande, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit ! Imaginez un peu, tous ces films seront sous-titrés et doublés en plus de 20 langues.

Dans cet article, je vous présente la liste complète des films qui seront disponibles en trois vagues. J’analyse cette annonce surprenante à travers la question complexe des droits d’acquisition et m’interroge sur l’avenir des deux prochains films du studio Ghibli.

1) La liste des films bientôt disponibles

Les films du studio Ghibli disponibles sur Netflix

Voici la liste complète des films et le calendrier de diffusion. Une valse à 3 temps en 21 films comme autant de chefs-d’œuvre de l’animation ! Dites-moi dans les commentaires celui que vous aimez le plus.

Précision utile, Nausicaä de la vallée du vent n’est pas un film du studio Ghibli mais du studio Topcraft. La raison est simple, le film a été réalisé par H. Miyazaki en 1984 alors que le studio Ghibli a été crée le 15 juin 1985.

Pour rappel, “le tombeau des Lucioles” lui est déjà disponible sur Netflix depuis le 1er décembre 2019.

Un seul film manque à l’appel. C’est la tortue rouge qui est la première co-production du studio Japonais, sorti en 2016.

  • A partir du 1er février 2020 (7 films) :

– Le Château dans le ciel (1986),

– Mon voisin Totoro (1988),

– Kiki la petite sorcière (1989),

– Souvenirs goutte à goutte (1991),

– Porco Rosso (1992),

– Je peux entendre l’océan (1993),

– Les Contes de Terremer (2006)

  • A partir du 1er mars 2020 (7 films) :

– Nausicaä de la vallée du vent (1984),

– Princesse Mononoké (1997),

– Mes voisins les Yamada (1999),

– Le Voyage de Chihiro (2001),

– Le Royaume des chats (2002),

– Arrietty, le petit monde des chapardeurs (2010),

– Le Conte de la princesse Kaguya (2013)

  • A partir du 1er avril 2020 (7 films) :

– Pompoko (1994),

– Si tu tends l’oreille (1995),

– Le Château ambulant (2004),

– Ponyo sur la falaise (2008)

– La Colline aux coquelicots (2011),

– Le vent se lève (2013)

– Souvenirs de Marnie (2014)

2) Netflix oui, mais pas pour tout le monde !

Un peu comme les droits du foot, on assiste à distribution des films du studio Ghibli, à la carte avec deux gros acteurs de la vidéo à la demande.

En décembre 2019, on apprenait que la plateforme de la Warner, HBO Max, avait fait l’acquisition des droits des films du studio Ghibli. Pour les Etats-Unis, le Canada et le Japon il faudra attendre 2020 et la plateforme HBO Max.

Aujourd’hui, c’est Netflix qui a les droits exclusifs pour de nombreux pays (Europe, Afrique, Amérique du sud et Asie pacifique). Un point intéressant est la stratégie de Netflix de sortir les films par vague de 7 films à partir de février 2020. Je pense que c’est un moyen de contrer l’arrivée de Disney en France le 31 mars 2020.

Pour la Chine aussi il faudra patienter. Vous vous souvenez que “Mon voisin Totoro” est sorti seulement en décembre 2018 (30 après sa sortie au Japon). Et  Netflix et HBO n’existent même pas encore.

3) Ghibli sur Netflix, comment est ce possible ?

Les films du studio Ghibli disponibles sur Netflix

Les films du studio Ghibli sur Netflix, c’est une excellente nouvelle. Pour le public comme pour la plateforme de streaming. Mais cette annonce est quand même une sacrée surprise.

D’abord parce qu’Hayao Miyazaki avait toujours exprimé ses réticences face à l’arrivée de ses films sur le marché de vidéo à la demande. “Le studio Ghibli ne veut pas rendre ses films disponibles digitalement dans le monde, que ce soit en streaming ou en téléchargement”, avait déclaré un porte-parole de GKids, qui détient les droits Ghibli aux US.

Comment le studio japonais le plus célèbre du monde s’est-il laissé convaincre par les sirènes américaines ?

Derrière les enjeux financiers évidents (21 films qui ne nécessitent aucun frais de réalisation ni de production, la bonne affaire), je pense que deux hommes ont joué un rôle important.

Toshio Suzuki, le producteur en chef et ancien président du Studio Ghibli.

Vincent Maraval, qui est un des fondateurs de la société Wild bunch, à la fois producteur et distributeur de films (et pas des moindres, par exemple en 2019 les misérables de Ladj Ly). Elle a récemment crée une nouvelle filiale, Wild Bunch International (WBI) le 28 juin 2019. Le boss, c’est Vicent Maraval, qui a pu jouer un grand rôle de négociation et “d’intermédiaire” pour cet accord historique.

En effet, la relation entre Vincent Maraval et Toshio Suzuki est ancienne et solide. Elle s’est forgé autour de projet atypiques comme la Tortue rouge (dont je vous parlais sur youtube), ce magnifique film de Michael Dudok de Wit.

Même s’il y a une stratégie commerciale et d’immenses enjeux financier dans cette opération, je veux croire aussi que cette collaboration est le fruit de la fidélité et de la passion commune pour le cinéma d’animation. Elle montre  une volonté d’ouverture du studio japonais qui doit préparer son avenir (3ème retraite de Miyazaki oblige).

A propos de cet accord conclu avec Netflix, Suzuki a déclaré “Netflix nous a offert les meilleures options. Par ailleurs, en matière de création de contenus, j’ai l’impression qu’ils soutiennent réellement les créateurs et de beaux projets. Nos films ont été conçus au départ pour un public japonais, mais le fait qu’ils aient pu voyager et toucher une audience aussi large nous remplit de joie. Nous espérons pouvoir toucher encore plus de gens avec ce partenariat ».

L’autre question que je me pose, c’est comment les films du studio Ghibli ont pu échapper à Disney ?

Car la volonté d’ouverture du studio n’est pas nouvelle. Petit retour en arrière, plus précisément en 1996 où Disney, via sa filiale Buena Vista home entertainement fait l’acquisition des droits, à titre exclusif pour le monde entier (seul le tombeau des luciole reste détenu par Kazé); Le studio Américain va alors sortir les films en DVD, mais assez peu au cinéma. Je pense qu”il a eu aussi une réflexion et des discussions sur la possibilité de faire des suites de ses films, tant on connait la volonté de Disney de faire du cash facilement sur des licences à succès. Imaginez un peu le film “Totoro 2” ou “Kiki, la grande sorcière” en série de 9 saisons de 12 épisodes chacune 😉

On ne connait pas les détails de ce qui s’est passé ensuite mais ce que l’on sait c’est qu’à partir de 2012, Gkids acquiert progressivement les droits des films Ghibli sur le sol Américain. Aujourd’hui on voit bien que Disney préfère se concentrer sur la sortie de sa propre plateforme et le développement de film dont elle a l’entière maitrise.

Au final, si l’arrivée des films du studio Ghibli sur Netflix marque une volonté d’ouverture, c’est plus sur le format (à la demande) de mise à disposition des films car leur exploitation par des distributeurs étrangers n’est pas nouvelle.

4) Et les prochains films du studio Ghibli : d’abord au cinéma ou directement sur Netflix ?

Résultat de recherche d'images pour "PHOTO VOEUX GHIBLI 2020"

En 2019, Monsieur Maraval nous apprenait sur Twitter que Miyazaki travaillait sur deux nouveaux films. Un indice que ces deux films seront distribués par Wild Bunch ?

Lors des voeux pour l’année 2020, le studio Ghibli a confirmé cette nouvelle et donné quelques précisions.

Le premier film, sera réalisé par H. Miyazaki. Son titre (provisoire) est « How do you live ? ». Le scénario nous plonge dans les récits d’un jeune garçon de 15 ans et de son oncle. C’est l’adaptation du roman de Genzaburo Yoshino. Aucune date de sortie n’a été annoncée. Nous savons juste qu’il était à 15 % de sa production en octobre dernier.

Le deuxième film est encore plus mystérieux. Le fils de Hayao, Goro Miyazaki serait chargé du projet. Pas vraiment rassurant quand on se souvient des échecs de tous ses films. On peut donc légitimement se poser quelques questions sur ce choix…

J’espère surtout que ces films feront perdurer la magie Ghibli et qu’ils sortiront d’abord au cinéma, avant que sur Netflix !!

La bande annonce :

Votre avis ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Souhaitez-vous découvrir Tokyo à travers les films de Makoto Shinkai ?

 Téléchargez gratuitement mon guide  !

4 circuits + 4 cartes interactives - Accès immédiat

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial