Liste des films – SATOSHI KON

Satoshi Kon est une légende de l’animation japonaise. En seulement 4 longs métrages, il a ouvert la voie à une nouvelle dimension dans l’histoire de l’animation. Ses films sont gravés à jamais. Chacun révèle une vision du monde, de la société, en forme de mouvement intemporel, qui offre plusieurs degrés de lecture. Nul doute que nous sommes loin d’avoir percé tous les secrets de ses films.
Dans cet article, je vous explique pourquoi il faut découvrir cet artiste. Après une ébauche d’analyse, je vous présente sa filmographie mais également toutes ses oeuvres moins connues : court métrage, manga, participation à des animes et film d’animation.

I – Son empreinte dans l’histoire est immense

« la convergence entre l’animation et cinéma »

C’est pour moi celui qui symbolise le mieux l’union entre l’animation et le cinéma. Cette frontière que certains imaginent encore entre d’un côté le noble art (le cinéma) et de l’autre le divertissement pour les enfants (l’animation), elle n’existe pas. Depuis l’imagination des frères lumières, il n’y a pas séparation entre le cinéma d’animation et le cinéma réel. Toute l’histoire de l’animation japonaise en est l’illustration. Seules les techniques diffèrent, l’esprit lui est le même. Et les œuvres de Satoshi Kon incarnent le constat qui en découle, la confusion entre le réel et la fiction. D’abord avec l’impression de se trouver dans un univers réel,  familier, car ancrée dans la réalité de notre époque. Puis rapidement de plonger (plus ou moins consciemment) dans un océan d’imaginaire, de fantastique qui oscille en permanence entre le rêve et le cauchemar. Jamais le cinéma d’animation n’a autant joué avec nos repères.

Sa source d’inspiration n’est pas le cinéma asiatique. C’est d’abord le cinéma américain : Slaughterhouse Five (1972) de George Roy Hill, les films de Terry Gilliam Bandits, bandits (1981), Les Aventures du baron de Münchhausen (1988) et Brazil (1985). Mais également la littérature de science fiction, en particulier Philip K. Dick et Yasutaka Tsutsui dont il a adapté Paprika.

Visuellement aussi, Satoshi Kon a inventé un style d’animation, entre réalisme et expressionnisme. Un style qui peut paraitre grossier, peu travaillé, mais qui révèle là aussi une vision, une identité. Visuellement, on constate un vrai contraste entre d’un côté les protagonistes qui versent dans la surenchère et les excès en tout genre, qui se forment et se déforment et les héroïnes dont la représentation est beaucoup plus douce en apparence. Car S. Kon explore leur psychologie et leur force. Il livre une puissante démonstration des barrières, des frustrations, des humiliations qu’elles subissent pour atteindre leurs rêves.

Une des meilleures illustrations est le film « Perfect Blue » sorti en 1997 au Japon. Mima est une jeune chanteuse qui décide de quitter son groupe (et son statut de star) pour se consacrer à une carrière de comédienne. Son départ du monde de la J-pop provoque la colère de certains de ses fans. Des évènements inquiétants surviennent progressivement. Derrière les apparences, ce film est un vrai thriller haletant. La plus grande qualité du film est son scénario. Le spectateur est transporté par les visions et les doutes de Mima. S. Kon sait exactement où il veut amener le spectateur et c’est vraiment réussi. C’est ce qui fait la force du film et captive le spectateur, au fur et à mesure que Mima s’enfonce dans sa paranoïa destructrice.

Car « Perfect Blue » est bien une oeuvre d’anticipation, un lanceur d’alerte dans sa critique du star-système au Japon, ses déséquilibres entre apparence et artistique, les désillusions de la célébrité. Ce qui est incroyable, c’est que le film est sorti il y a plus de 20 ans et que le réalisateur avait anticipé les dérives de la sur-médiatisation des artistes.

Preuve qu’il est aujourd’hui devenu une référence de ce lien entre animation et cinéma, il a influencé les meilleurs réalisateurs dans le monde entier. Voici 3 illustrations :

  • “Black swan” de Darren Aronofsky : Le parallèle entre Mima dans son groupe de Jpop et Nina dans la troupe du New York City Ballet  est évident. Ce sentiment d’oppression, lié à celui de la gloire porté par l’ambition et la souffrance.

illusion cinéma — Perfect Blue (Satoshi Kon, 1997) Black Swan...

 

  • Requiem for a Dreamde Darren Aronofsky: La scène ou l’on voit Mima prostrée dans sa baignoire reproduite à l’identique dans le film.

SensCritique on Twitter: ""Perfect Blue" [Satoshi Kon, 1999] 🥊 VS 🥊 "Requiem for a Dream" [Darren Aronofsky, 200]… "

  • « Inception » de Christopher Nolan : Il a déclaré que Paprika a été une source majeure d’inspiration pour le personnage interprété par Ellen Page. Les thèmes sont similaires, l’exploration de différents univers, entre rêves et réalité. Certaines scènes également. Une de mes scènes préférée dans Paprika, vous vous souvenez de cette scène avec son costume de groom d’ascenseur ou chaque étage représente un genre différent de cinéma.

13 Reasons Why Satoshi Kon Is My Favorite Director | Anime Club Amino Amino

« il a ouvert une nouvelle manière d’explorer la psychologie à travers l’animation »

C’est un réalisateur à part dans l’univers de l’animation japonaise. Et je ne dit pas cela parce qu’il est née sur l’île d’Hokkaido. C’est un réalisateur qui nous fait ressentir des émotions uniques. Comme le chevalier d’or des gémeaux, il a ouvert une nouvelle dimension, entre hyperréalisme et visions surréalistes. Nous, spectateur, on est littéralement absorbé, captivé (effrayé aussi par moment) par ses changements de rythmes, ses faux repères, ses fausses pistes. On ne sait plus ce qui est réel ou imaginaire. En abordant tous les genres, Satoshi Kon a livré son portrait psychologique du Japon du XXIe siècle, avec une virtuosité inégalée.

Il expose à dessein un subtil mélange d’animation et de psychologie. Le déroulement non linéaire de ses histoires, les effets de surprise, l’audace de la mise en scène, artistiquement rien n’est laissé au hasard (il a étudié l’art classique à l’université). Le résultat peut choquer mais ne laisse jamais indifférent. Son talent était immense et incontestable.

Dans sa manière travailler, Satoshi Kon est impliqué dans l’élaboration de ses films, de la pré-production à la commercialisation. Il travaillait à chaque film avec quasiment la même équipe : Nobutaka Ike aux décors, Masafumi Mima pour les sons, Susumu Hirasawa pour la musique. Pour comprendre son œuvre, le plus important, c’est de prendre le temps de voir et revoir ses films pour tenter de sortir de ces labyrinthes en forme d’obscur objet du désir.

Car Satoshi Kon porte à l’écran sa vision de la société et surtout de son évolution. Ses œuvres se conjuguent autant au passé, qu’au présent, qu’au futur. Internet d’abord qu’il dénonce sans concession comme un vecteur de solitude et d’isolement : Dans « Perfect blue », c’est sur internet que commence le harcèlement. Dans « Paprika » il absorbe le personnage du commissaire. « Paranoïa » agent dénonce la pression sociale.

Dans « Tokyo God father », les trois personnages sans domiciles fixes, vu comme les rois mages la nuit de la nativité. Ils préfèrent rester marginaux. Ils assument leur vision différente de la vie en société, de l’autre côté des vitrines des magasins. Ils poursuivent un idéal de liberté, loin de l’aliénation de la modernité et de la société de consommation.

Les femmes sont le reflet de ses espoirs. Souvent malmenées, elles projettent ses désirs et ses obsessions. A contrario, les hommes représentent la face sombre de l’humanité.

« Paprika » est la synthèse de son œuvre. Une forme d’apothéose. Il réalise quelque chose d’inédit dans l’histoire du cinéma d’animation : la fusion entre le rêve et la réalité, plus de barrières dans la création, tout devient possible grâce à notre esprit. Mais est-ce vraiment une bonne chose ?

II- Sa filmographie

Perfect Blue (1997)
Achat Perfect Blue en DVD - AlloCiné
L’histoire : Mima est jeune chanteuse qui décide de quitter son groupe (et son statut de star) pour se consacrer a une carrière de comédienne. Elle accepte un rôle dans une série télévisée. Son départ du monde de la J-pop provoque la colère de certains de ses fans. Des évènements inquiétants surviennent progressivement.
La bande-annonce :
Millennium actress (2001)
Millennium Actress - film 2002 - AlloCiné
L’histoire : Lorsque les prestigieux studios de cinéma Ginei font faillite, une chaîne de télévision commande un documentaire et mandate deux journalistes pour retrouver et interviewer Chiyoko Fujiwara. Celle qui fut une des grandes stars de la Ginei, et qui vit recluse chez elle depuis trente ans, accepte la proposition et se lance dans le récit de sa vie. Adolescente, avant la guerre, elle croise la route d’un jeune dissident politique qui essaie d’échapper à la police. Ce dernier lui confie une clef avant qu’elle ne l’aide à s’enfuir en train et qu’il disparaisse brutalement de sa vie. Amoureuse éperdue, elle décide de devenir actrice de cinéma dans l’espoir que le fugitif la reconnaisse un jour sur un écran et qu’il la retrouve…
La bande-annonce :
Tokyo Godfathers (2003)
Achat Tokyo Godfathers en DVD - AlloCiné
L’histoire : A Tokyo, pendant les fêtes de Noël, trois amis sans abri trouvent un bébé abandonné et une mystérieuse clé annonciatrice de folles aventures.
La bande-annonce :
Paprika (2006)
Paprika - film 2005 - AlloCiné
L’histoire : Dans le futur, un nouveau traitement psychothérapeutique nommé PT a été inventé. Grâce à une machine, le DC Mini, il est possible de rentrer dans les rêves des patients, et de les enregistrer afin de sonder les tréfonds de la pensée et de l’inconscient.
Alors que le processus est toujours dans sa phase de test, l’un des prototypes du DC Mini est volé, créant un vent de panique au sein des scientifiques ayant développé cette petite révolution. Dans de mauvaises mains, une telle invention pourrait effectivement avoir des résultats dévastateurs.
Le Dr. Atsuko Chiba, collègue de l’inventeur du DC Mini, le Dr. Tokita, décide, sous l’apparence de sa délurée alter-ego Paprika, de s’aventurer dans le monde des rêves pour découvrir qui s’est emparé du DC Mini et pour quelle raison. Elle découvre que l’assistant du Dr. Tokita, Himuro, a disparu…
La bande-annonce :
III- Anime
2004 : Paranoia Agent (Série TV, 13 épisodes)
Critique] Paranoia Agent - Just A Word

L’histoire : Sagi Tsukiko est une célèbre conceptrice de peluche kawaii. Un soir, alors qu’elle rentre chez elle, elle se fait agresser par un mystérieux gamin armé d’une batte de base-ball et chaussé de rollers jaunes. Tandis que les collègues de Tsukiko croient au canular, la police enquête et découvre que d’autres agressions sont à mettre sur le compte du Shonen Bat (le garçon à la batte). Parallèlement, un étrange journaliste se met également à sa recherche.La série de treize épisodes nous emmène au plus profond de la psychologie des personnages. Schizophrénie, folie,  dépression, suicide, paranoïa, prostitution, Satoshi Kon pose une loupe sur les malaises d’une société au bord de la rupture.

La bande-annonce :

IV- Court-métrage

Ohayō
SATOSHI KON - Une légende de l'animation japonaise
L’histoire : Dans ce court-métrage d’animation, Satoshi Kon, montre la symbolique du langage. En japonais, Ohayō se traduit bonjour le matin. Je devrai dire signifie bonjour le matin, c’est en ce sens qu’il faut apprendre cette histoire. On voit l’héroïne dans un état entre le rêve et la réalité, entre le sommeil et le réveil. Son dédoublement souligne le décalage de l’action, au ralenti. Comme pour montrer que chaque jour est fait de nuances, on voit les dégradés qui se dévoilent comme les traces de la nuit qui s’efface.

A la fin du film, le terme “Ohayō”, le langage (création trop humaine), marque le retour à la réalité, à la civilisation. Elle sourit enfin, comme si chaque jour était une renaissance. Nous ne sommes pas différents mais jamais exactement pareil.

IV- Mangas (Seinen)

Kaikisen (le pacte de la mer)

SATOSHI KON - Une légende de l'animation japonaise

L’histoire : Dans la commune d’Amidé, le fils du prêtre shintô Yôzô Yashiro, Yôsuké veille sur l’œuf de l’ondine. Selon une vieille légende, un ancêtre de Yôsuké a fait un pacte avec une ondine : sa famille veillera son œuf ; en retour, les pêcheurs s’assureront la clémence et la générosité de la mer. Mais, aujourd’hui, les habitants ont décidé de faire d’Amidé une station balnéaire attrayante. Peut-on allier tradition et modernité ?

Seraphim : 266,613,336 no Tsubasa

SATOSHI KON - Une légende de l'animation japonaise

L’histoire : Au XXIe siècle, une épidémie, bientôt connue sous le nom d’Angélisme, ou « Seraphim », change la face du monde. Elle provoque de profonds changements morphologiques et psychologiques chez la personne qui en est atteinte : des ailes lui poussent dans le dos et des hallucinations l’obsèdent avant de mourir. Afin d’endiguer la propagation du mal, deux hommes et un chien, surnommés Melchior, Balthazar et Gaspard, sont chargées d’escorter une jeune fille mystérieuse, Sera, jusqu’à sa région d’origine, en Asie centrale.

Opus

SATOSHI KON - Une légende de l'animation japonaise

L’histoire : Ce mange (2 volumes) mène le lecteur dans les pas d’un créateur de manga pris au piège de sa propre création. Après des années à avoir tenu les lecteurs en haleine avec « Résonance », Chikara Nagaï commence à penser à une fin. Un de ses héros se rebiffe, mécontent de son sort. Il lui vole un dessin capital pour la suite de l’histoire. Le dessinateur se retrouve alors plongé dans les propres cases de son manga aux côtés de sa jolie héroïne télépathe Satoko et du monstre qu’il a lui-même créé, Le Masque.

V- Participations

1991 : Roujin Z (film) – Conception des décors

Roujin Z - film 1991 - AlloCiné

L’histoire : Dans un futur proche, l’humanité a réussi à dompter la technologie et bénéficie de tout le confort moderne. Mais un dernier enjeu pèse sur la société : le vieillissement de la population. Pour résoudre ce fléau grandissant, la médecine est remplacée par la robotique avec la création d’une machine nommée le « Z-001 », capable de prodiguer tous les soins nécessaires aux personnes âgées. Kijûrô Takazawa est le premier cobaye contraint à tester ce robot, bien que ce dernier aurait souhaité rester avec son ancienne infirmière, la jeune Haruko. L’expérimentation tourne mal et le Z-001 se transforme en arme de destruction massive.

1992 : Patlabor 2 (film réalisé par Mamoru Oshii) – Layout

Kidô keisatsu patorebâ: The Movie 2 (1993) - IMDb

L’histoire : En l’an 2002, devant la prolifération des robots Labor, une escouade Patlabor est créée afin d’empêcher l’utilisation de cette technologie par des criminels. La destruction, en Asie du Sud-Est, d’une équipe de Labor, est la déclaration d’une guerre terroriste mondiale. Désormais, l’escouade Patlabor doit protéger la ville, sous les ordres d’un responsable ambigu, qui n’est autre que Nagumo…

1993 : JoJo’s Bizarre Adventure (OAV) : Episode 5 – scénariste et story-boarder

JoJo's Bizarre Adventure - Original Soundtrack (OAV)

1995 : Memories (film réalisé par Katsuhiro OTOMO, le réal d’Akira) : scénariste, décorateur, layout (segment la rose magnétique)

SATOSHI KON - Une légende de l'animation japonaise

L’histoire : MEMORIES regroupent 3 histoires courtes :

  • « La rose magnétique » qui raconte l’histoire de deux voyageurs de l’espace qui découvrent un monde magnifique créé par les souvenirs d’une femme;
  • « La bombe puante » qui est ‘histoire d’un jeune chimiste transformé par accident, en une arme chimique invincible et mortelle, se dirigeant vers Tokyo;
  • « Chair à canon » ou l’on voit une journée quotidienne d’une ville dont la seule activité est de bombardé un ennemi inconnu.

1997 L’animé Berserk :

Satoshi Kon a participé à ce clip « Forces » pour l’anime Berserk, pour collaborer avec son ami le compositeur préféré, Susumu Hirasawa.

Voilà vous savez tout. J’espère que cet article vous aura appris certaines choses . N’hésitez pas à me laisser un commentaire.

https://japoncinema.com/bande-annonce-du-documentaire-satoshi-kon-la-machine-a-reves/

https://www.youtube.com/channel/UCeLmCGO5ksnjMM5MLrhCEDw

Liste des films – SATOSHI KON
Votre avis ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial